Villa Nobel (a Sanremo)

Nombreuses sont les hypothèses à propos de la décision de Nobel de s’installer à San Remo en aquérant cette villa. Probablement, au delà de sa santé, plusieurs raisons se sont superposées. Au début des années 1890, l’état de santé de Nobel laissait à désirer : troubles circulatoires, angines de poitrines et fréquents rhumes le faisaient souffrir. Il lui fallait un climat plus sec et plus doux que les hivers parisiens. Nobel souhaitait vivre dans une athmosphère différente et plus tranquille, qui lui permettrait de mener à bien tous les projets et inventions sur lesquels il travaillait. C’est ainsi que Nobel, à cause des difficultés qu’il avait rencontré à Paris, décida de transférer ses activités à San Remo. Ragnar Sohlman, assistant du prix Nobel et son exécuteur testamentaire, mentionne un voyage fait par Nobel en Italie quand il était encore jeune. L'Italie, qui avait toujours exercé une forte fascination sur les peuples nordiques, ne pouvait pas manquer de  l’exercer même sur Alfred Nobel. L'amour pour l'Italie a probablement influencé Percy Bysshe Shelley, son poète favori étant jeune , et qui a inspiré son poème « L'énigme ». Et Shelley dans ses poèmes a souvent chanté l’ Italie, parce qu’il la plaçait au-dessus des autres nations dans le monde.

Lire la suite : Villa Nobel (a Sanremo)

Breve histoire du Circuit d'Ospedaletti

Le circuit San Remo-Ospedaletti est né au printemps 1947 par la volonté du commandant Michele Allavena, de l’avocat Remo Pestarino, du docteur Luc Vismar et de l'Automobile Club de Sanremo. Le titre du Grand Prix de San Remo est né avec la première édition de 1937 qui a eu lieu dans le petit circuit intra-muros de Sanremo auquel a pris part Achille Varzi, après une période d'absence des courses. L'enthousiasme né de la grande course, cependant, fût gelé par la période de la guerre qui mit un terme à l’édition suivante. En 1947, avec la fin de la guerre, revient l'enthousiasme pour donner vie à la deuxième édition du GP de San Remo et on a opté pour la création ad hoc d'un circuit qui a vu sa morphologie dans les conditions idéales pour la course : le circuit d’Ospedaletti adjacent a la ville de San Remo.

Lire la suite : Breve histoire du Circuit d'Ospedaletti

Claude Monet à Bordighera

Claude Monet découvrit Bordighera lors d’un voyage itinérant de Paris jusqu’à Gênes en 1883 en compagnie d’Auguste Renoir. Il fût tellement fasciné qu’il voulu y retourner l’année suivante, seul, pour au moins un mois, comme il l’écrivit dans la lettre du 12 janvier 1884, adressée à son galeriste Durand-Ruel : « Très cher Monsieur Durand-Ruel, je veux passer un mois à Bordighera, un des plus beaux endroits que nous avons vus pendant notre voyage. De là-bas, je nourri l’espérance de vous ramener toute une série de nouvelles choses. » La lumière et les couleurs de Bordighera le combleront au point qu’il y demeura plus de trois mois, exécutant dans la petite ville et ses environs 38 tableaux, actuellement présentés à l’exposition de Gênes et reproduits sur cette page.

Lire la suite : Claude Monet à Bordighera

Histoire d' Ospedaletti (source Wikipedia)

Le circuit San Remo-Ospedaletti est né au printemps 1947 par la volonté du commandant Michele Allavena, de l’avocat Remo Pestarino, du docteur Luc Vismar et de l'Automobile Club de Sanremo. Le titre du Grand Prix de San Remo est né avec la première édition de 1937 qui a eu lieu dans le petit circuit intra-muros de Sanremo auquel a pris part Achille Varzi, après une période d'absence des courses. L'enthousiasme né de la grande course, cependant, fût gelé par la période de la guerre qui mit un terme à l’édition suivante. En 1947, avec la fin de la guerre, revient l'enthousiasme pour donner vie à la deuxième édition du GP de San Remo et on a opté pour la création ad hoc d'un circuit qui a vu sa morphologie dans les conditions idéales pour la course : le circuit d’Ospedaletti adjacent a la ville de San Remo.

Lire la suite : Histoire d' Ospedaletti (source Wikipedia)

Jardins Hanbury : la culture Anglaise du Jardinage

La plupart des plus importants jardins anglais ont été créés en Italie et sur la Riviera française, en bien plus grand nombre que dans le reste de l’Europe continentale. Le doux climat méditerranéen a permis aux plantes de pousser en extérieur, (alors qu’en Grande-Bretagne, elles auraient survécu uniquement sous serre), et offrit des perspectives de jardinage passionnantes. L'Italie était la destination favorite pour les voyageurs britanniques jusqu'à la fin des années 1860, lorsque l'appel du sud de la France est devenu dominant. La popularité de la Côte d'Azur (française et italienne) à la fin du XIXe siècle a été basée sur l'exploitation de son climat doux. Bordighera, Hyères et Menton ont été construites comme stations estivales pour les invalides des climats humides des pays du Nord. Les Britanniques ont bientôt découvert que le climat était à la fois adapté pour le jardinage et pour des problèmes respiratoires.

 

…Trois étapes dans le développement de l'histoire des jardins peuvent être attribuées aux Britanniques. La première est liée au mouvement culturel du paysage développé à travers l'Europe à la fin du XVIIIe siècle et qui a gagné l'acceptation universelle. Le second développement dans le jardin à l'anglaise est la gestion horticole des plantes, distincte des études botaniques. La troisième innovation, un phénomène très répandu dans le XXe siècle et qui domine encore dans le jardin anglais sophistiqué, est la composition à travers les couleurs, les formes et la structure des plantes.

 

Les jardins anglais à l'étranger sont la quintessence de l'histoire du jardinage anglais, caractérisé par l'intervention des propriétaires à l'entretien du jardin lui-même. Les jardiniers anglais à l’étranger ont su puiser dans les jardins des pays qui les accueillaient avec un opportunisme créatif, et ont inséré les éléments locaux dans la tradition anglaise, avec pour résultat une harmonie et une grande variété à l’intérieur de la conception tout entière.

Lire la suite : Jardins Hanbury : la culture Anglaise du Jardinage

Giacomo Agostini à l'Hôtel Firenze

Agostini au "Firenze" dans les années 70

agostini al hotel firenze sanremo

http://www.marinadiospedaletti.it/tag/mv-agusta
http://www.circuitospedaletti.it

 et quelques années plus tard, toujours à l'Hôtel Firenze, en compagnie de Marco Lucchinelli

agostini al hotel firenze sanremo

étaient également présents : Campanelli Paolo, Amilcare Balestrieri, Sergio Bongiovanni, Roberto Gallina, Giampiero Gatti, Fosco Giansanti, Mirko Giansanti, Silvio Grassetti, Marco Lucchinelli, Zanetti Fausto, Liberati Luciano, Giovanni Perrone, Remo Venturi, Angelo Tenconi.

Jardin exotique Pallanca (4km de l'hôtel Firenze)

Giacomo (1861) n’a sans doute jamais imaginé que sa décision d'abandonner la culture de l'olivier dans le domaine anscestral de l’Airole, en participant aux travaux de l’allemand Ludwig Winter, influencerait la vie et la pensée de ses descendants. Certes, il a su voir, dans génie précurseur du teuton, une lumière nouvelle et à la fois traditionnelle, à un moment où la passion pour la nature a fusionné avec l’art du jardinage. La sensibilité esthétique en a ensuite été la plus haute expression, et s’est traduite par les magnifiques parcs de la Côte d’Azur, culminant dans la sagesse architectonico-botanique de Hanbury.

Pendant vingt ans, Giacomo resta aux côtés de Winter, auprès duquel il sera rejoint par Bartolomeo (1884). Et c'est précisément Bartolomeo, passionné par la culture de plantes tropicales et vivaces, qu'il avait appris à connaître et à aimer au cours de sa période de maîtrise, qui a décidé en 1910 de fonder la mise en place de l'horticulture florale B. Pallanca. A partir de 1910 et pendant cinq ans, Bartolomeo cultive et vend des plantes ornementales et fleurs coupées, jusqu'à ce que la première guerre le sépare de sa ferme. De retour à son occupation, Bartolomeo travailla dur pour réorganiser la société, ajoutant la culture traditionnelle des cactus verts, choix courageux étant donné que nul autre entreprise n’avait encore jamais commercialisé de plantes succulentes.

Lire la suite : Jardin exotique Pallanca (4km de l'hôtel Firenze)

book now

Réservez :

 

HOTEL FIRENZE ***
RISTORANTE DA LUISA

Corso Regina Margherita, 97
18014 Ospedaletti - Sanremo
Riviera dei Fiori - Italia
phone (39) 0184.689.221
eMail firenze@azurline.com

riviera-dei-fiorimarch quality hotel

wi-fi free hotel ospedaletti